Expliquer les étapes pour préparer une contre expertise incendie

51

Durant les premières heures, il est difficile d’appréhender une situation d’incendie à cause du choc émotionnel que suscite un tel évènement. Il est donc recommandé de souscrire à une assurance incendie pour obtenir une réparation au cas où un sinistre survenait. Mais l’assureur peut sous-évaluer les dommages. Il importe de ce fait de procéder à une contre-expertise incendie. Découvrez alors la procédure à suivre pour faire valoir ce droit.

Qu’est-ce qu’une contre-expertise incendie ?

La contre-expertise incendie est un ensemble d’étapes visant à demander l’avis d’un expert après un incendie involontaire. Celui-ci évaluera les dégâts causés par un incendie sinistre dans une maison, habitation ou logement. Il réalisera un même rapport qu’un expert en incendie mandaté par la compagnie d’assurance.

A lire également : Comment choisir un bon verre trempé?

L’objectif est de comparer les différents rapports en vue de tirer une plausible conclusion. La contre-expertise doit être requise pour éviter de subir les dérives des compagnies d’assurances. En effet, ces dernières peuvent refuser de prendre en charge la situation. Elles peuvent aussi sous-évaluer les dommages causant un préjudice à l’assuré.

Quelles sont les étapes pour préparer une contre-expertise incendie ?

Dès qu’un particulier constate la sous-évaluation du préjudice subi après un incendie, il fait appel à un contre-expert. Les étapes pour réaliser cette procédure sont simples. Nous vous les présentons.

A lire en complément : Augmentez la sécurité de votre appartement avec une serrure à 5 points

Organisation d’une première rencontre

Les compagnies d’assurances se rendent sur les lieux du sinistre le plus tôt possible. Cela permet d’envisager les mesures de secours encore possible pour réduire les risques. En cas de dévaluation, après avoir engagé le contre-expert, un entretien entre ce dernier et l’assuré a lieu. L’expert assuré analyse la situation et les documents relatifs au dédommagement. Il évalue les besoins et fait une demande d’acompte auprès de la compagnie d’assurance.

Visite du lieu sinistré

L’expert se rend sur place, le nombre de fois nécessaire en fonction de l’ampleur des dommages. Il inspecte dans les détails le site afin d’estimer de façon concrète et réaliste la valeur des biens.

Pour être le plus impartial, il établit un métré pour estimer les dommages immobiliers par la consultation du contrat d’assurance. Il tient également compte des risques et mesures prises par l’expert assurance pour limiter les dégâts. Dans la mesure du possible, il fait intervenir un bureau pour contrôler la structure des faits.

Compte rendu de l’état des pertes et chiffrage des dommages

À travers des arguments et des justifications solides, il évalue les dommages. Il fait un exposé sommaire sur les biens qui doivent être remplacés et sur ceux qui doivent être remplacés. Le rapport contient aussi les documents d’accompagnements tels que les factures pour montrer l’exactitude des calculs. Le délai moyen pour obtenir ce rapport est de 15 jours. Mais, il peut être prorogé selon la complexité des faits.

Expertise contradictoire et réunion de clôture

Le contre-expert fait un compte rendu de l’état des pertes à son niveau. Il fait connaitre son rapport à l’expert. Il engage des débats contradictoires sur l’intérêt des réparations. L’objectif est de trouver une solution à l’amiable entre l’assuré et la compagnie d’assurance. L’expert d’assuré travaille afin d’équilibrer les réparations. À la suite, il faut organiser une réunion de clôture pour obtenir l’accord définitif sur l’indemnisation.

Que contient le rapport de contre-expertise incendie ?

La contre-expertise incendie rétablit une équité en aidant les assurés incendie à assurer le remboursement plus juste selon le contrat auquel ils ont souscrit. Le rapport incendie contient : les circonstances du sinistre, les biens endommagés et leur valeur. Le rapport retrace aussi les mesures conservatoires et les modalités de réparation.

Le contre-expert s’attèle aussi à prendre en compte les avaries, les circonstances du sinistre et la vétusté des biens. Cela permet de ne pas remettre en cause inutilement la compagnie d’assurance.

Certains documents sont nécessaires pour la procédure de demande. Il s’agit essentiellement du contrat d’habitation, des factures et des preuves de paiement des biens endommagés. À cela s’ajoute la liste des biens, les certificats médicaux le cas échéant et les rapports des expertises initiales.

En somme, le contre-expert détermine le montant qui correspond à l’indemnisation. Il porte également à la connaissance de l’assuré ses droits. Ce dernier peut donc s’en prévaloir au regard de la loi et les règlementations pour défendre ses intérêts.