Alternariose : comment prévenir et traiter cette maladie ?

51
Alternariose comment prévenir et traiter cette maladie

Causée par des champignons, l’alternariose est une maladie assez courante qui attaque une variété de plantes au potager. Elle se décline en plusieurs formes spécifiques à chaque espèce de légumes. Capable de détruire toute une culture, l’alternariose est nuisible à la production et peut affecter la survie des plantes. Cette maladie attaque-t-elle vos légumes ? Désirez-vous en savoir plus sur les traitements préventifs et curatifs existants ? Ce billet vous dit tout sur l’aternariose ainsi que les traitements possibles pour la contrer.

Alternariose : qu’est-ce que c’est en réalité ?

Avant de parler des traitements préventifs et curatifs existants pour contrer l’alternariose, il est important de connaître cette maladie à travers ses causes et caractéristiques. Cela aide notamment à l’identifier aisément. D’abord, l’alternariose est une maladie cryptogamique, car elle est causée par des champignons et touche particulièrement les arbres fruitiers ainsi que les plantes potagères comme les tomates, les carottes, les choux, les pommes de terre, les poireaux, les blettes, etc.

A découvrir également : L'aménagement extérieur pour relâcher la pression

Cette maladie s’attaque non seulement au feuillage, mais aussi aux tiges et aux fruits des légumes. En fonction de la gravité de l’attaque, elle peut affecter non seulement la production des légumes, mais aussi causer la perte d’une culture. En effet, lorsque l’alternariose attaque les plantules, ces dernières peuvent facilement en mourir. La maladie entraîne également une floraison limitée, car elle est capable de perforer les feuilles, qui par la suite tombent.

Plusieurs éléments peuvent causer et favoriser l’installation de l’alternariose sur les plantes. Il peut s’agir de l’humidité, de la chaleur, des rosées matinales ou encore du vent. Cette maladie se propage très vite, généralement sous forme de spores ou de mycélium (encore appelé champignon) dans le sol, capables d’abriter les débris de végétaux. La contamination de l’alternariose peut se faire par un simple contact (des semences, des outils non lavés et non désinfectés, etc.), par la pluie ou encore par le vent.

A lire en complément : 5 manières d’exploiter l'espace disponible dans votre jardin

Quelles sont les diverses formes et caractéristiques de l’alternariose ?

Il existe plusieurs formes d’alternarioses avec des caractéristiques diverses et variées. On distingue l’alternariose des racines, l’alernariose des alliacées, l’alternariose des astéracées, l’alternariose des crucifères et l’alternariose des fruits.

L’alternariose des racines (alternaria radicina) touche particulièrement les plantes de la famille des ombellifères (les carottes, les céleris, le persil, les panais, l’aneth, etc.). Cette forme d’alternariose se manifeste par l’apparition des taches noires sur les feuilles. Lorsque l’alternariose attaque plus sévèrement les racines de ces plantes, les légumes peuvent pourrir sous terre ou même lors de leur entreposage.

Communément appelée maladie des taches pourpres, l’alternariose des alliacées (alternaria porri) attaque généralement les poireaux, les oignons et parfois l’ail. Elle est détectable grâce à l’apparition des taches pourpres circulaires sur les feuilles. Assez rare, l’alternariose des astéracées (alternaria cichorii) s’attaque souvent aux chicorées et aux laitues. Elle est caractérisée par des taches brunes et foncées de forme irrégulière sur le feuillage.

Alternariose comment prévenir et traiter cette maladi

S’attaquant à la majorité des plantes de la famille des crucifères (brocoli, choux pommés, chou-fleur, navet, etc.), l’alternariose des crucifères (alternaria brassicicola) se manifeste par l’apparition sur le feuillage, des taches plus ou moins foncées et concentriques.

Enfin, l’alternariose des fruits (alternaria alternata) attaque le plus souvent les tomates, les pommes de terre, les aubergines, et parfois les poivrons. Elle est reconnue par des taches foncées concentriques de forme irrégulière.

Alternariose : comment la prévenir ?

Il existe plusieurs solutions pour prévenir l’alternariose dans son potager. D’abord, privilégiez une variété de semences résistantes à la plantation. Même si aucune variété ne peut totalement résister à cette maladie, il en existe quelques-unes qui résistent mieux que d’autres. Vous pouvez vérifier l’indication de résistance sur les catalogues de semenciers. Procurez-vous des graines et semences certifiées pour une culture plus résistante.

Aussi, évitez d’utiliser les semences dont les cultures ont déjà été contaminées par la maladie. Employez donc des semences saines et exemptes de l’alternariose. Mieux, espacez vos cultures afin d’éviter la propagation des maladies cryptogamiques par le contact des semences.

Si la maladie a déjà sévi, traitez la terre par quinzaine durant toute l’année avec des solutions naturelles comme le purin de prêle dilué à 20 %. Pendant la saison pluvieuse, optez pour l’application du bicarbonate de soude pour prévenir la maladie.

Privilégiez les arrosages du pied en matinée et évitez de mouiller le feuillage. Vous pouvez arroser le pied de vos plants avec du purin de prêle ou de consoude afin de prévenir d’éventuelles maladies cryptogamiques. Pour finir, évitez de cultiver un légume de la même famille durant 3 ou 4 années successives. Adoptez une culture de rotation au potager.

Alternariose : quels traitements pour contrer cette maladie ?

En cas d’attaque, commencez par retirer toutes les feuilles comportant des taches suspectes pour limiter la propagation de la maladie. Enlevez également les vieilles feuilles situées en bas des plants. Si la maladie continue de sévir, même après avoir retiré les feuilles, appliquez les traitements antifongiques à une cadence soutenue (2 ou 3 à quelques jours d’intervalle, après une saison pluvieuse).

Parmi les traitements antifongiques naturels, on retrouve la décoction de prêle et parfois de l’ail. La bouillie bordelaise est aussi un traitement chimique également efficace pour traiter l’alternariose. Ces traitements, utilisés par quinzaine, donnent des résultats satisfaisants.