Rénovation énergétique et aides financières : les infos-clés à retenir en 2022

151
rénovation énergétique

Les ménages qui souhaitent réaliser des travaux de rénovation dans le but d’améliorer la performance énergétique de leur logement ont toujours, cette année, la possibilité de bénéficier des aides financières et des subventions octroyées par le gouvernement. Cependant, afin d’accélérer encore davantage la transition énergétique, l’État a décidé en 2022 d’apporter des changements à ces différents dispositifs de financement.

Les nouvelles directives visent globalement à renforcer les contrôles des travaux, mais également à fournir des solutions plus simples et des financements plus complets, et ce, dans tous les domaines (isolation, chauffage, rénovation globale et autres). Dans cet article, on vous propose de découvrir les nouveautés de la rénovation énergétique à travers les évolutions des mécanismes d’aide et de subvention.

Lire également : Quelles sont les meilleures fenêtres isolantes ?

De nouveaux paramètres pour le dispositif MaPrimeRénov’

L’État a annoncé un nouveau budget de 2 milliards d’euros pour financer l’aide MaPrimeRénov’. Qu’est-ce que MaPrimerénov’ ? En bref, il s’agit du mécanisme qui remplace le CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) depuis le 1er janvier 2020.
Outre la hausse majeure des ressources, les autorités ont également décidé de modifier certains paramètres du dispositif :

  • L’ancienneté du logement passe de 2 ans à 15 ans : si MaPrimeRénov’ était auparavant destinée aux logements construits depuis plus de deux ans, elle s’adresse désormais uniquement aux habitations achevées depuis plus de 15 ans. Cette directive vise à encourager les propriétaires d’anciennes constructions (les « passoires thermiques ») à procéder à la rénovation énergétique de leur maison.
  • Le seuil des revenus, un critère déterminant, a été augmenté de 2,6 % afin que l’aide soit plus accessible aux ménages modestes et très modestes.
  • Les montants du financement ont été rehaussés pour l’installation de foyers fermés et d’inserts à bois : 2 500 € pour la catégorie Bleu, 1 500 € pour le groupe Jaune et 800 € pour les profils éligibles à MaPrimeRénov Violet.
  • Le délai de réalisation des travaux est désormais fixé à 2 ans.

L’éco-PTZ, renforcé en 2022 et maintenu jusqu’en 2023

Alors que le plafond d’emprunt maximal pour l’éco-PTZ était de 30 000 euros, il passe à 50 000 euros dès cette année. Le délai de remboursement a également été revu à la hausse puisqu’il est désormais de 20 ans au lieu des 15 ans prévus initialement. Il convient de préciser que ces changements concernent uniquement la rénovation globale (les barèmes n’ont pas changé pour l’isolation thermique et le chauffage), et ce, dans le cas où le projet permet un gain énergétique de 35 % au minimum.
En plus du renforcement du dispositif, l’État a également jugé important de maintenir l’éco-PTZ jusqu’en 2023.

A lire aussi : La tendance des extensions de maison à toit plat

D’importants changements pour les primes CEE et les dispositifs « Coup de Pouce »

Initiés en 2021, les changements concernant les primes CEE et les dispositifs « Coup de Pouce » se poursuivent et se renforcent cette année. Parmi les directives les plus marquantes, vous avez en premier lieu l’annulation du doublement de la prime Certificats d’Économies d’Énergie (la bonification allouée aux ménages en situation de grande précarité énergétique).
Concernant tout particulièrement les coups de pouce, d’importantes modifications ont été apportées à ces mécanismes :

  • Le montant de la prime pour le coup de pouce isolation a été revu à la baisse dès le 1er janvier 2022 (la mesure est en vigueur depuis le 1er mai). Les barèmes sont désormais de 6,93 € en moyenne/m2 pour l’isolation des murs, 4,73 € en moyenne/m2 pour les planchers bas, 5,26 € en moyenne/m2 pour les toitures-terrasses et 24,77 € en moyenne pour un réseau hydraulique de chauffage ou d’eau chaude sanitaire.
  • Le coup de pouce chauffage est maintenu jusqu’en 2025, mais l’État effectuera désormais son calcul en s’appuyant sur la consommation annuelle d’énergie primaire pour les travaux de rénovation des maisons individuelles. Celle-ci doit être inférieure ou égale à 110 kWh/m2 après les travaux.

MaPrimeRénov’ Sérénité, prêt Avance Rénovation, France Rénov’ : les nouvelles aides à la rénovation énergétique en 2022

De nouveaux mécanismes ont également été créés afin d’encourager les ménages et, ainsi, booster les efforts réalisés en matière de transition énergétique. L’aide MaPrimeRénov’ Sérénité (qui remplace le dispositif « Habité Mieux » de l’ANAH), le plan France Rénov’ et le prêt « Avance Rénovation » seront accessibles dès cette année.